La fatigue, recherchez-la !

Thémacycle : Séances vélo
Rédigé par :
Publié le

En préparation d'un objectif, lorsque l'entraînement est intense, la plupart des cyclistes ont recourt à certaines méthodes pour optimiser (ou tenter de le faire...) leur récupération. Vous faites peut-être partie de ces cyclistes !

Mais en essayant de minimiser la fatigue en vous ravitaillant avec des produits de l'effort, en vous supplémentant avec des aliments riches en protéines ou en portant des chaussettes de contention, êtes-vous certain que vous adoptez de bons comportements ? Ne pensez-vous pas plutôt qu'en voulant à tout prix récupérer vous ne limitiez votre progression ?

La fatigue, kesako ?

Finir la saison en roue libreLa fatigue, elle ne manifeste lorsque vous êtes dans l'incapacité de maintenir une puissance d'exercice donnée. Alors que les conditions de pratique ne changent pas (météo, matériel, etc), vous n'arrivez pas à maintenir votre vitesse de déplacement et à avoir une bonne qualité d'exécution.

La fatigue, bien que désagréable, n'est pourtant pas à craindre !

La fatigue : normale et...indispensable !

Engagé dans un entraînement pour un objectif de compétition, vous devez forcément ressentir, à plusieurs moments de votre préparation, des périodes d'intense fatigue. Douter, perdre de sa motivation, avoir des ‘‘coups de blues'' et être irritable est normal en contexte d'entraînement. L'enchaînement des séances perturbe l'organisme en modifiant son état fonctionnel. Les progrès ne se faisant ressentir qu'après une période de récupération permettant à l'organisme de se réorganiser et de s'adapter. La fatigue est donc un ‘'mal nécessaire'', à ne pas craindre mais plutôt à savoir gérer.

Une, non, des fatigues !

Comme la fatigue est multi-causale, il n'existe pas une méthode unique de récupération. Chaque cycliste va adopter ses propres stratégies pour récupérer. Par exemple, en fin d'une sortie longue et/ou intense, comme vous savez que la fatigue vient en partie d'une déplétion des réserves de glycogène, vous allez récupérer en adoptant une alimentation riche en glucides, composée de céréales et de fruits.

La fatigue peut également provenir d'une accumulation d'eau dans les tissus. Ces oedèmes, lorsqu'ils apparaissent, par exemple à l'issue d'une sortie longue, vont stimuler certains récepteurs, d'où les douleurs ressenties. Cette fatigue, elle peut être ‘‘traitée'' par le recourt au froid, sous forme de bain ou avec la cryothérapie.

L'électromyostimulation, le port de chaussettes de contention et la prise de protéines, sont, à leur manière, d'autres méthodes de récupération, plus ou moins efficaces selon l'origine de la fatigue.

A lire :  L'électrostimulation pour le cycliste : utile ou pas ?
Dossier : Electrostimulation : Quels bénéfices pour le cyclosportif ?

Mais vouloir récupérer après chaque séance d'entraînement, est-ce bien judicieux ?

Récupérer, oui mais...

L'entraînement a pour objectif de stresser l'organisme pour le perturber. La contrainte qui va solliciter les capacités d'adaptation de l'organisme, c'est la séance. Mais le stress peut également s'inscrire dans un temps plus long. Ainsi, au lieu d'arriver ‘‘frais'' à chaque début de séance, pourquoi ne les enchaîneriez-vous pas avec un ‘‘fond'' de fatigue ?

Ainsi fatigué dû à une récupération incomplète, vous stimulerez davantage les capacités d'adaptation de votre organisme par un effet cumulatif. Enchaîner plusieurs contraintes de suite avec un '‘fond'' de fatigue est très efficace pour progresser. Par exemple, le contenu musculaire de glycogène, s'il est faible, va induire un stress très élevé. Les concentrations sanguines en hormones du stress et en médiateurs de l'inflammation sont en effet augmentées lorsqu'une séance est réalisée avec de faibles réserves de glycogène.

Par exemple, et contrairement à ce que vous pensez probablement, terminer une sortie d'entraînement en hypoglycémie n'est pas ‘‘mauvais'' et grave. Au contraire, ces hormones et autres médiateurs de l'inflammation vont stimuler les gênes impliqués dans l'adaptation des tissus. 

Les AINS

L'usage des anti-inflammatoires (AINS) est courant dans le milieu sportif, les coureurs n'échappant pas à cette (mauvaise) ‘‘mode''. Vous êtes en effet nombreux à les utiliser dans l'espoir d'améliorer votre récupération. ‘‘Dans l'espoir'' car au-delà d'agresser les intestins et d'être à l'origine de multiples troubles fonctionnels, les AINS entravent la...récupération ! Ils augmentent en effet la production de molécules...inflammatoires. Par ailleurs, les anti-inflammatoires inhibent la réponse anabolique des tissus. 

Les médiateurs de l'inflammation, ils sont à l'origine de la douleur mais ils interviennent dans la synthèse des protéines. L'usage d'anti-inflammatoires en contexte de récupération est donc très préjudiciable pour récupérer.

La fatigue, vous en avez peur ? Si oui, vous avez tord car elle est indispensable pour progresser ! Alors au lieu de vouloir minimiser la fatigue en utilisant telle ou telle méthode de récupération (parfois pas toujours efficace d'ailleurs...), recherchez-la vivement et apprenez à vous entraînez avec. Bonne recherche !

A consulter également :
>> N'oubliez pas de récupérer !
>> Identifier la fatigue de fin de saison
>> Eviter les contre-performances

S'entraîner quand on manque de temps

S'entraîner quand on manque de tempsVous êtes nombreux à penser que pour progresser, vous devez accumuler les kilomètres. Mais comment s'entrainer lorsque l'on manque de temps ?

Avec un entraînement rigoureusement programmé et planifié, nous pensons qu'il est tout à fait possible de compenser le manque de temps.

Planifier sa saison de vélo

planifier votre prochaine saison de cyclismeAvez-vous déja pensez à planifier et préparer votre prochaine saison de cyclisme.

Dans cet article, nous allons voir comment appréhender la future saison de vélo en la planifiant correctement.

S'entrainer pour progresser !

S'entrainer pour progresser !Quel entrainement suivre pour progresser en vélo afin d'obtenir de meilleurs résultats sur les épreuves cyclosportives.

Un travail à vélo sur trois plans : production maximale d'énergie, puissance maximale aérobie, capacité maximale de travail.