Quels sont les effets de l'altitude sur le cycliste ?

Thémacycle : Séances cols
Publié le

En altitude on remarque des changements physiologiques qui aident le sang à se charger plus rapidement en oxygène. Une période prolongée en altitude permet d'aider à obtenir de meilleures performances aux athlètes qui effectuent un stage spécifique prolongé. Voici un petit résumé des effets basiques produits sur le corps.

Tout d'abord, on considérera qu'une altitude supérieure à 1300 mètres est nécessaire pour modifier "sérieusement " les réactions de notre organisme et donc réduire la performance physique.En altitude la pression partielle de l'oxygène baisse donc l'oxygène a plus de mal de passer des alvéoles au sang. L'organisme devient aussi moins efficace.

Quels effets sur l'organisme

Sylvain Calzati en montagne, source cycling-photo.netNous allons vous présenter les différentes adaptations physiologiques du corps humain liées à l'altitude.

La ventilation

C'est l'adaptation la plus facilement perceptible. Le nouvel arrivant respire plus profondément et à un rythme plus soutenu donc il y a une augmentation du volume courant et de la fréquence respiratoire. Ce processus va permettre d'apporter davantage d'air et donc d'oxygène et de nutriments au niveau des alvéoles pulmonaires.

La circulation sanguine

A cause de la baisse de la quantité d'oxygène au niveau des poumons dans les alvéoles pulmonaires, le sang aura plus de mal à se charger. Pour subvenir aux besoins croissant en oxygène le débit cardiaque augmente grâce à l'augmentation de la fréquence cardiaque.
L'élévation de la fréquence cardiaque est visible au repos et à l'exercice. Pour un cycliste au repos, la fréquence cardiaque sera donc naturellement plus élevé en altitude qu'en plaine. Le coeur sera donc plus solliciter. Ce qui rajoute une contrainte supplémentaire lors de l'ascension d'un col.

Les tissus : (ensemble de cellules)

A ce niveau de l'organisme, les adaptations sont moins visibles. La présence prolongée du corps en altitude provoque une amélioration des échanges entre le sang et les cellules musculaire grâce à certains changements.
Parmi ces changements on trouve par exemple l'augmentation du nombre de capillaires.

Depuis plusieurs années, l'entraînement en altitude est souvent utilisé par les athlètes d'endurance. Cette méthode consiste à séjourner et s'entraîner plusieurs semaines en moyenne altitude (2000-2800m), et vise à améliorer la performance lors du retour au niveau de la mer grâce à l'amélioration des échanges gazeux qui ont eu lieu.
C'est pour cela qu'un stage en altitude pour un athlète de haut niveau permet ensuite une fois en basse altitude de meilleures performances.

Tente hypoxiquePar ailleurs, l'arrivée dans le sport moderne de nouvelles méthodes d'entraînement, nous emmène vers des techniques assez originales.

L'entrainement hypoxique

En effet depuis quelques années, l'utilisation des tentes ou chambres hypoxiques se généralisent. Celles-ci simulent parfaitement l'altitude en appauvrissant la teneur en oxygène de l'air. Ainsi en dormant au moins 16 heures dans ces chambres on bénéficie des biens faits de l'altitude.

Certains sportifs arrivent même à s'entraîner à l'intérieur pour augmenter les effets bénéfiques. De nombreux athlètes ont recours à ce procédé qui semble faire ses preuves dans le domaine du sport de haut niveau.

S'entraîner quand on manque de temps

S'entraîner quand on manque de tempsVous êtes nombreux à penser que pour progresser, vous devez accumuler les kilomètres. Mais comment s'entrainer lorsque l'on manque de temps ?

Avec un entraînement rigoureusement programmé et planifié, nous pensons qu'il est tout à fait possible de compenser le manque de temps.

Planifier sa saison de vélo

planifier votre prochaine saison de cyclismeAvez-vous déja pensez à planifier et préparer votre prochaine saison de cyclisme.

Dans cet article, nous allons voir comment appréhender la future saison de vélo en la planifiant correctement.

S'entrainer pour progresser !

S'entrainer pour progresser !Quel entrainement suivre pour progresser en vélo afin d'obtenir de meilleurs résultats sur les épreuves cyclosportives.

Un travail à vélo sur trois plans : production maximale d'énergie, puissance maximale aérobie, capacité maximale de travail.