Détox : un bonus pour votre ligne !

Rédigé par :
Publié le

Véritable usine chimique de notre corps, le foie ne peut se permettre d’être « en panne », sinon c’est toute la chaîne de recyclage de l’organisme qui trinque. La détox est un bon moyen de purger l'organisme.

L’accumulation de longues heures d’entraînement, dans un environnement climatique plus exigeant, une hygiène de vie davantage approximative, un relâchement alimentaire en direction d’une alimentation davantage carnée (viandes grasses, gibiers, charcuteries…) ou grasse (raclettes, fondues, tartiflette, plats en sauce, pâtisseries salée, chocolateries…) ou  des modes alimentaires déviants (régimes protéinés exclusifs), un niveau de stress en hausse…

L’ensemble de ces facteurs conjugués peuvent favoriser l’encrassage du foie du sportif par des déchets organiques.

Gare à la toxémie

La toxémie représente l’intoxication des cellules de l’organisme. Cette intoxication peut venir de « l’extérieur ». C’est le cas lorsque nous accumulons trop de résidus chimiques de synthèse, naturellement véhiculés par les aliments du commerce (consommation excessive d’aliments transformés, produits animaux de basse qualité, préparations industrielles…). Mais pour le sportif, elle peut également venir de l’intérieur, suite à l’accumulation de résidus organiques issus des nombreuses transformations chimiques siégeant dans notre organisme (déchets azotés issu de la métabolisation des protéines, corps cétoniques issus de la métabolisation des graisses, C02 issu de la dégradation du glucose…).

>> Dossier : Le taux de graisse

DetoxDes organes sont chargés d’éliminer au fur et à mesure les résidus responsables de l’intoxication de nos cellules. Ces processus portent le nom de détoxination organique. L’organe central de cette détoxination est le foie, mais il faut aussi compter sur les reins, les poumons, la peau, les intestins….

Chacun de ces organes dispose de liquides excréteurs, qui servent à évacuer les déchets organiques recyclés. C’est le cas de la bile pour le foie, stockée temporairement dans la vésicule biliaire puis déversée dans les intestins, avant d’être définitivement évacuée. Le foie a également la propriété de transformer les excès de protéines en ammoniaque, puis ultérieurement en urée, rejetée par les reins.

Lorsque le niveau d’intoxication organique dépasse les capacités de l’organisme et des organes excréteurs certains signes se manifestent : la fatigue persistante, le manque d’énergie, de vitalité, le sommeil difficile…Dans ce cas, il faut réagir.

Le principe de la détoxination en 3 étapes

« La détoxination par palliers » Désiré Mérien, Editions Jouvence

Afin d’aider l’organisme à se détoxifier, il est possible de le « purger » en diminuant temporairement et graduellement les aliments suscitant le plus de résidus et en favorisant les aliments lui permettant le mieux de se « vidanger »

1ère étape : le Régime Associé

La première étape démarre donc par un allègement progressif du travail des organes de digestion. Pour cela il est nécessaire de n’assembler que des aliments en associations alimentaires favorables et de respecter les temps de digestion.

Petit-déjeuner :

  • fruits frais doux de saison

Déjeuner :

  • salade de crudités tendres râpées très finement ou en petits dés (salade maraîchère sans côte, carottes râpées, germes de soja, tomates sans la peau)
  • un féculent (céréales complètes, pommes de terre, châtaignes…)
  • une matière grasse végétale (huile de noix, de colza ½ avocat…) ou animale (beurre)

Dîner :

  • légumes très peu cuits
  • fromage ou yaourt ou fromage blanc ou œufs ou fruits oléagineux (noix, noisettes ou amandes…)

DetoxLe petit-déjeuner sera pris de préférence entre 7h et 9h, le déjeuner entre 11h et 13h et le dîner entre 18h et 20h, ce, afin de respecter les temps de digestion. Le choix des quantités est personnel et doit être adapté à la dépense (elle-même nécessairement en baisse chez le sportif, afin d’accompagner la régénération de l’organisme). La durée est de quelques jours. Il est préférable de boire en dehors des repas, afin d’éviter de diluer excessivement les sucs digestifs.

>> Dossier : L’importance du petit-déjeuner

La détoxification peut s’arrêter à cette première étape. Même si çà n’est pas son but premier, elle se traduira d’ores et déjà, à la fin de cette première étape, par une perte pondérale significative. Avant de s’engager dans la 2ème et à fortiori dans la 3ème étape, il est recommandé de solliciter l’avis de son professionnel de santé habituel.

2ème étape : le Régime d’Elimination Cellulosique

La seconde étape prolonge l’allègement du travail digestif, par le retrait graduel des matières grasses animales ou végétales (beurre, huile végétale), suivi de celui des féculents (céréales, pommes de terre…) et enfin des protéines (fromage, œuf…). Cette étape peut être réalisée sur très peu de jours (3 par exemple).

3ème étape : le Régime d’Elimination Non Cellulosique

Dans cette dernière étape, qui ne dure que très peu de jours également, on retire la cellulose du bol alimentaire. Les fruits et légumes sont alors consommés sous forme de jus afin d’en écarter toutes les formes de fibres. Le retrait de la cellulose accélère le processus d’élimination toxinique.

Mais le transit intestinal subsiste. Il se produit une purge et un vidage naturel des intestins. La quantité de jus de fruits ou légumes doit correspondre très exactement à la quantité de fruits et légumes entiers habituellement consommés (jus de carottes, tomates, carottes-betteraves, tomates-concombres, pommes, poires, oranges….). Pour cela les jus peuvent être allongés avec de l’eau plate (l’élimination toxinique est d’ailleurs améliorée avec des jus dilués à l’eau)

La sortie du régime : attention au yoyo !

Le retour à une alimentation normale n’est pas immédiat. La remontée alimentaire prend autant de temps que la descente. Il est impératif d’adopter les mêmes régimes, mais en paliers inversés.

Privilégiez les aliments de saison et les plantes dépuratives

Afin de renforcer l’efficacité de votre régime détox, vous pourrez avoir recours aux extraits de plantes tels le chardon-marie, le pissenlit, l’artichaut, le radis noir, le romarin... Ils sont connus pour être d’un excellent secours pour aider à purifier le foie et régénérer les fonctions digestives.

Vous pourrez également profiter des vertus du raisin, fruit de l’automne par excellence. Le raisin est depuis longtemps réputé bon pour la santé, grâce à son contenu en vitamines (B1, B2, B6, B12, PP), en polyphénols (antioxydants de la familles des flavonoïdes et anthocyanes), en minéraux alcalinisant (potassium, magnésium, manganèse et zinc) et en sucres facilement assimilables (fructose notamment). Il s’agit également d’un puissant diurétique, possédant des propriétés drainantes et laxatives. Grâce à sa richesse en acides organiques, le raisin stimule la digestion et participe à éliminer les bactéries. Une journée de cure de raisin peut ainsi constituer une entame efficace en matière de détoxification.

>> Dossier : Le raisin, un fruit très peu calorique pour le cycliste

Enfin pendant ces mois d’automne marqués d’une température plus fraîche, on pourra également privilégier les légumes de saison : aubergines, fenouil, endives, brocolis, choux, aux multiples propriétés détoxifiantes, et tous les aliments qui évoquent les sous-bois : champignons, pommes, poires, noix, noisettes….

>> Fiche pratique : Le régime Kousmine : Détoxifier

Quels régimes pour le cycliste !
Quels régimes pour le cycliste !

Vous avez décidé de faire un régime en continuant la pratique du vélo.

Pour vous aider à perdre vos kilos, notre équipe de diététiciens vous propose une sélection de conseils et de menus-minceurs pour maigrir de manière durable.

Les compléments alimentaires
Les compléments alimentaires

On a coutume de dire que tout ce dont l'homme a besoin se trouve dans la nature.

Un postulat qui se vérifie parfaitement lorsque l'on fait référence aux compléments alimentaires naturels.

Les produits énergétiques
Les produits énergétiques

La pratique du vélo représente une quantité d’efforts importants pour le corps humain : dépense d'énergie, rythme cardiaque élevé, perte hydrique importante.

Cette dépense doit être compensée par un apport calorique à laquelle les produits énergétiques peuvent répondre.