Arnold Jeannesson adepte du cyclo-cross !

Rédigé par :
Publié le

15ème au classement général du Tour de France 2011, Arnold Jeannesson aborde la nouvelle saison en s’alignant sur de nombreuses courses de cyclo-cross ou il excelle. Cette pratique lui permet de jauger son niveau de forme avant de rentrer pleinement dans la préparation foncière pour la route.

Comment gérez-vous la transition entre la saison de cyclo-cross et celle de route ?

Arnold JeannessonPersonnellement c’est la route ma priorité donc le cyclo-cross n’est là que pour ma préparation de la saison routière. J’ai eu des résultats en passant un peu tout au long de l’année (NDLR : et une victoire 2 jours après cette interview au cyclo-cross international de Lanarvily devant John Gadret, Jean-Christophe Perraud ou encore Thomas Voeckler) mais je ne souhaite pas tout miser sur la saison de « cross ».

>> Lire notre dossier : En selle pour le cyclo-cross !

Depuis les Championnats de France, j’ai quasiment délaissé le vélo de cyclo-cross mais je n’ai pas du tout coupé. Depuis ce jour là j’ai recommencé à vraiment m’entraîner sérieusement sur la route, en privilégiant cette fois-ci le volume, pour être compétitif en mars, c'est-à-dire à l’approche de Paris-Nice.

Mon programme exact n’est pas définitif mais je vais certainement effectuer une coupure après Liège-Bastogne-Liège pour aborder reposé les stages en montagne, le Dauphiné et bien sûr le Tour.

En terme de préparation que vous apporte le cyclo-cross ?

En fait j’ai ai toujours fait, je dirais même que j’ai ai besoin. Ca me permet aussi de voir où j’en suis, par rapport à une préparation exclusivement sur route où il est parfois difficile de juger de sa condition physique tant que l’on n’a pas mis de dossard. Cette pratique hivernale m’apporte la technique et l’habilité sur le vélo.

Et bien sûr le fait de pouvoir faire du fractionné et non seulement du foncier. Au démarrage de la saison, cela me permet d’être compétitif rapidement grâce à tous ces « déblocages » au niveau cardiaque. C’est aussi l’occasion d’aider les copains sur les grands rendez-vous comme les Championnats de France. C’est un plus pour l’équipe d’aider Francis Mourey et Steve Chainel même si ça n’a pas marché à 100% cette année. Quoiqu’il en soit je continuerai de pratiquer ainsi dans les prochaines années.

Conseillerez-vous cette discipline pour des cyclosportifs qui veulent préparer leur saison ?

Arnold JeannessonPas forcément, car nous ne sommes pas tous pareils. Pour moi cela fonctionne mais cela n’est pas forcément le cas pour d’autres. J’ai commencé le vélo par le VTT et le cyclo-cross depuis Minimes.

Quant à la route, c’est seulement depuis l’âge de 18 ans que j’en fais à 100%. Mais j’aime garder le contact avec ces disciplines et n’y vois que des avantages. En tout cas, cette façon de procéder fonctionne sur moi, sur John Gadret ou d’autres mais ça ne marche pas sur certains.

Pour mon profil, les avantages semblent tout de même nombreux mais sur un vrai sprinteur j’y vois moins d’intérêt. En termes de préparation hivernale nous avons Nacer Bouhanni qui fait de la boxe l’hiver ou Pierrick Fédrigo de la chasse. On a tous besoin de dérivatifs mais orientés sport. Il est important aussi de se faire plaisir.

Informations

>> Le site internet d'Arnold Jeannesson
>> Son équipe en 2012 : FDJ

S'entraîner quand on manque de temps

S'entraîner quand on manque de tempsVous êtes nombreux à penser que pour progresser, vous devez accumuler les kilomètres. Mais comment s'entrainer lorsque l'on manque de temps ?

Avec un entraînement rigoureusement programmé et planifié, nous pensons qu'il est tout à fait possible de compenser le manque de temps.

Planifier sa saison de vélo

planifier votre prochaine saison de cyclismeAvez-vous déja pensez à planifier et préparer votre prochaine saison de cyclisme.

Dans cet article, nous allons voir comment appréhender la future saison de vélo en la planifiant correctement.

S'entrainer pour progresser !

S'entrainer pour progresser !Quel entrainement suivre pour progresser en vélo afin d'obtenir de meilleurs résultats sur les épreuves cyclosportives.

Un travail à vélo sur trois plans : production maximale d'énergie, puissance maximale aérobie, capacité maximale de travail.