Jean-Luc Chavanon - coureur cyclosportif - 09/2008

Rédigé par :
Publié le

Jean-Luc Chavanon est ce que les cyclistes appelent "une mobylette". Depuis son retour la compétition en 2007 au sein du Chamrousse Team cyclosport, il n'a de cesse d'enchainer les victoires. Habitué aux podiums et souvent présent à l'avant de la course. Coureur de talent discret et généreux, voici son interview.

Jean-Luc ChavanonNutri-cycles : Peux-tu nous présenter ton sport en quelques phrases ? Et comment es-tu venu à le pratiquer et qu’aimes-tu particulièrement dans ce sport ?

Le cyclosport est une dérive du cyclisme sur route traditionnel, qui se pratique sans distinction de niveau ou de fédération d’appartenance. A la base il s’est développe sur des parcours assez longs avec le plus souvent des dénivelles importants et s’adresse davantage a ceux qui recherchent le défi et le dépassement de sois plutôt que la ‘’ place’’ a l’arrivee.C’est apres 12 ans sans compétition ffc que je retrouve deux anciens coursiers reconvertis au cyclosport qui me proposent de les accompagner au TEAM CHAMROUSSE CYCLOSPORT. J’ai trouve là des épreuves sur des parcours bien plus intéressants que les circuits ffc et surtout dans un esprit plus convivial.

Nutri-cycles : Quelle est ta discipline préférée parmi toutes celles qui peuvent composer le cyclosport ?
Le cyclosport est une discipline a part entiere, j’ai une préférence pour les épreuves à taille humaine et qui respectent l’état d’esprit d’origine.

Nutri-cycles : Es tu un professionnel du cyclosport ?
Non et je n’en connais aucun.

Est-il possible d’en vivre ?
Pas en France en tout cas. Il n’est pas souhaitable, toujours pour conserver l’esprit, de permettre de gagner de l’argent sur un classement en cyclosport.Pour être payer pour une activité sportive il faut l’exercer au plus haut niveau et il y a des épreuves plus prestigieuses qui le permettent.

Nutri-cycles : Quel est ton point fort ?
Une expérience de plusieurs années de compétitions ffc et un certain gout pour l’effort physique.

Ton point faible ?
Ne pas avoir de point fort et être oblige de jouer sur la polyvalence et l’engagement.

Nutri-cycles : Quel est le degré de % qu’occupe ton sport en entrainement annuel ?
J’essaie de rouler le plus souvent possible. Je dispose en général de mon mercredi apres midi pour une sortie longue et j’effectue le reste certains soirs de la semaine en fonction du changement d’horaire, des contraintes familiales et des conditions météo dans le Vercors.

Nutri-cycles : Fais tu des fractionnés et/ou du travail spécifique pour être au top ?
C’est un passage oblige pour celui qui veut progresser mais avec l’âge, on recherche plutôt les sorties en groupe qui ne permettent pas un travail spécifique et individuel sans se priver du cote convivial.

Nutri-cycles : Fais tu de la musculation ? Si oui quel type d’exercice ?
J’essaie quand même d’effectuer des sorties de musculation en sur-braquet et je compte beaucoup sur la répétition des épreuves pour le reste.
Le gainage se fait tout seul lorsque je pratique le ski de fond l’hiver.

Nutri-cycles : T’entraines-tu avec un cardio fréquence mètres ?
Régulièrement mais plus pour information que pour calibrer un entrainement, principalement pour vérifier ma récupération et mon état de fatigue. Je l’utilise également pour mes trop rares sorties de fractionnes afin de contrôler ma progression sur les fréquences atteintes.

Nutri-cycles : As-tu déjà fait des préparations en altitude ?
Je vis, travaille et m’entraine toute l’année a 1000 mètres, c’est déjà pas mal…

Nutri-cycles : Comment arrive t’on mentalement au top pour une compétition ?
Le cyclosport, c’est que du plaisir, donc pas de problème de motivation. Quand on met encore un dossard à 44 ans c’est qu’on a toujours le gout de l’effort et du dépassement.

Nutri-cycles : Existe-t-il un entrainement spécifique à la pratique du cyclosport ?
Ce sont les mêmes bases que le cyclisme de compétition avec peut être (a tord ?) un peu moins d’intensité et un peu plus de volume. C’est surtout lie à l’âge auquel on découvre le cyclosport et au temps que l’on peut y consacrer.

Nutri-cycles : Quel est l’entrainement qui te mets le plus la « caisse » ?
La compétition.

Nutri-cycles : Combien de jours de compétition par an cela représente-il ?
Sur la saison 2008, j’ai participé à 18 cyclosportives

Nutri-cycles : Cours-tu dans des pays étrangers ?
Non, mais ça serait sympa de découvrir d’autres épreuves.

Nutri-cycles : Crois-tu que le dopage est courant dans le cyclosport ?
Les contrôles sont ils fréquent ? Efficace ? Inopinés ?
Je veux croire que non. Mais il y a trop peu de contrôle ( pour ma part une seule fois l’an passe et sur la dernière épreuve de la saison ). La lutte contre le dopage est l’affaire de toutes les fédérations et de toutes les categories.Je trouve normal que le cyclosport apporte sa contribution, si on ne veut pas qu’il devienne le refuge de tous les exclus des autres compétitions plus contrôlées.

Nutri-cycles : Quel pays aimerais-tu découvrir au travers d’une cyclosportive ?
Ceux que je ne connais pas, et ils sont nombreux.

Nutri-cycles : Ton meilleur et ton pire souvenir  sur le vélo ?
Ce sont des souvenirs d’équipes, d’efforts collectifs pour défendre le maillot de leader d’un copain ou les couleurs d’un club lors d’un championnat par équipe.
Pour les mauvais, j’ai quelques chutes auxquelles j’essaie de ne plus penser lorsque je descends un col ou que je prends le départ d’une épreuve avec un nombre de participants très important.

Nutri-cycles : Un conseil à celui ou celle qui voudrait se lancer dans le cyclosport ?
Ne pas essayer de retrouver l’ambiance des courses ffc en circuits, mais plutôt de rechercher le défi personnel, entouré de copains qui ont la même passion. Le cyclosport est avant tout un état d’esprit ou tous les niveaux sont présents mais où chacun est là pour se faire plaisir.

Nutri-cycles : As-tu envie de te lancer des défis sportifs ? Un vieux rêve ?
Depuis que j’ai repris le vélo, je cours après mes jambes de 20 ans, ou du moins apres le souvenir qu’il m’en reste. Mon défi sportif est que cette quête dure le plus longtemps possible…

A voir sur le net : le site du Chamrousse Team Cyclosport

Lire l'interview de Jean Luc Chavanon sur la diététique
S'entraîner quand on manque de temps

S'entraîner quand on manque de tempsVous êtes nombreux à penser que pour progresser, vous devez accumuler les kilomètres. Mais comment s'entrainer lorsque l'on manque de temps ?

Avec un entraînement rigoureusement programmé et planifié, nous pensons qu'il est tout à fait possible de compenser le manque de temps.

Planifier sa saison de vélo

planifier votre prochaine saison de cyclismeAvez-vous déja pensez à planifier et préparer votre prochaine saison de cyclisme.

Dans cet article, nous allons voir comment appréhender la future saison de vélo en la planifiant correctement.

S'entrainer pour progresser !

S'entrainer pour progresser !Quel entrainement suivre pour progresser en vélo afin d'obtenir de meilleurs résultats sur les épreuves cyclosportives.

Un travail à vélo sur trois plans : production maximale d'énergie, puissance maximale aérobie, capacité maximale de travail.