fin de saison : 4 erreurs à éviter pour bien récupérer

Thémacycle : Récupération
Publié le

La fin de saison est l'occasion pour le cycliste en herbe que vous êtes de faire le point sur la saison passée, mais aussi de préparer la suivante. Mais avant tout, entre ces deux phases et durant la période de transition, il est important de respecter quelques rêgles pour ne pas perdre tout le bénéfice acquis au cours de l'année cycliste passée et éviter ainsi de repartir de trop bas.

Erreur n°1 – Ne pas récupérer !

4 erreur à éviter pour bien récupérerLe problème dans l’entraînement n’est pas de s’imposer de grosses charges d’entraînement, en accumulant les kilomètres et en enchaînant les séances intenses, mais l’erreur majeure est de négliger les périodes de récupération, notamment celle de fin de saison.

Par peur de perdre leurs acquis, de prendre du poids, de perdre ‘’du temps’’ face à leurs adversaires, certains cyclistes ne diminuent jamais leur charge d’entraînement. A ces cyclistes, nous leur rappelons tout simplement l’importance de la récupération.

La récupération de fin de saison fait partie intégrante de l’entraînement, c’est elle en effet qui permet à l’organisme de retrouver ses valeurs de base et donc de progresser.

Erreur n°2 – Ne pas ‘’décrocher’’

La récupération concerne le volet physique mais elle est également bénéfique mentalement. Certains culpabilisent de réduire leur kilométrage hebdomadaire et ont du mal à penser à autre chose qu’à leur pratique sportive. Ces cyclistes, à long terme, risquent fort de s’épuiser mentalement. Pendant de longues semaines, ils se sont sans doute astreints à un dur entraînement, en ‘’jonglant’’ avec les différentes contraintes qui ponctuent leur quotidien, et en restreignant peut-être leurs apports alimentaires.

4 erreur à éviter pour bien récupérerCes quelques semaines de récupération doivent permettre de ‘’faire le vide’’ : prenez du bon temps avec votre famille, rendez visite à vos amis, réalisez les activités dont vous n’avez pas le temps de faire habituellement.

Erreur n°3 – Trop et mal manger

Très (trop !) souvent, quand un cycliste (et plus généralement les sportifs) s’octroie une période de récupération, il ‘’coupe’’ également du côté de son alimentation. Or, afin que l’organisme puisse récupérer efficacement, il lui faut être dans de bonnes dispositions, donc ne pas le surcharger par un travail digestif trop important et déséquilibrer la microbiote intestinale par un excès de l’un ou l’autre macronutriment (glucides ou protides).

Par ailleurs, un organisme récupère totalement s’il dispose intégralement de la totalité des macro et micronutriments nécessaires : protéines, antioxydants, acides gras notamment polyinsaturés, minéraux…

Erreur n°4 – Des séances d’entraînement trop intenses

Récupérer ne signifie pas ne rien faire, en ne pratiquant plus aucune activité physique. Continuer à rouler permet à l’organisme de s’adapter mais il faut être attentif à ce que l’effort produit ne soit pas trop intense. C’est pourquoi, roulez doucement, sur le plat, en utilisant de petits braquets.

>> Lire notre dossier : Fin de saison : Bien récupérer pour bien redémarrer
>> Lire notre dossier : Identifier la fatigue de fin de saison

Texte : Loïc Arbez
www.optimum-training-system.fr

S'entraîner quand on manque de temps

S'entraîner quand on manque de tempsVous êtes nombreux à penser que pour progresser, vous devez accumuler les kilomètres. Mais comment s'entrainer lorsque l'on manque de temps ?

Avec un entraînement rigoureusement programmé et planifié, nous pensons qu'il est tout à fait possible de compenser le manque de temps.

Planifier sa saison de vélo

planifier votre prochaine saison de cyclismeAvez-vous déja pensez à planifier et préparer votre prochaine saison de cyclisme.

Dans cet article, nous allons voir comment appréhender la future saison de vélo en la planifiant correctement.

S'entrainer pour progresser !

S'entrainer pour progresser !Quel entrainement suivre pour progresser en vélo afin d'obtenir de meilleurs résultats sur les épreuves cyclosportives.

Un travail à vélo sur trois plans : production maximale d'énergie, puissance maximale aérobie, capacité maximale de travail.