Préparation hivernale d'un jeune cycliste

Rédigé par :
Publié le

Suivi et exemple de la préparation hivernale d'un jeune cycliste. Nutri-cycles vous fait partager sa préparation physique et son entrainement pour le vélo.

Préparation Hivernale (novembre/décembre)

Suite à une coupure complète de 2 semaines, notre cycliste a repris l'entraînement début novembre. La période hivernale est propice à une diversification des activités physiques car celà va permettre au coureur de moins pédaler, de se changer les idées, et ainsi de favoriser la reprise du vélo début janvier puisque l'envie sera plus forte lorsqu'il faudra s'y remettre sérieusement.

Lire notre dossier : Le calendrier annuel d'entrainement du cycliste
Lire notre dossier : Quels sont les objectifs de l'entrainement en vélo

Au programme de notre coureur : natation, renforcement musculaire et vélo.

Natation : 1 à 2 séances d'1 h par semaine

La natation, activité non traumatisante, permet un travail cardio-vasculaire et respiratoire intéressant tout en ménageant les genoux et le dos (contrairement à certaines activités comme la course à pied). De plus, elle a l'avantage de faire travailler l'ensemble des muscles du corps ce qui apporte une certaine harmonie dont le cycliste a besoin puisque son activité est très peu axée sur le haut du corps. Il est intéressant de varier le type de nage tout en favorisant le dos-crawlé qui a la particularité de solliciter davantage les muscles du dos et d'ouvrir la cage thoracique.

Dossier : La natation au service de votre hiver

Renforcement musculaire : 1 à 2 séances d'1 h par semaine

N'ayant pas la possibilité d'aller s'entraîner en salle, notre cycliste a suivi un programme à base d'exercices simples qu'il a effectué chez lui. L'objectif de ces séances est de renforcer musculairement le haut du corps, les membres inférieurs seront quant à eux entraînés spécifiquement sur le vélo. Le travail a été principalement axé sur les abdos, le dos (lombaires/dorsaux), les pectoraux et les bras.

Les abdos et lombaires constituent le centre de puissance de l'ensemble du corps, ils vont permettre d'être bien "posé" sur son vélo et d'optimiser la puissance développée par les membres inférieurs. Ceux-çi ont donc été particulièrement renforcés grâce à un gros travail de gainage.

Dossier : La musculation pour le vélo

L'ouverture de la cage thoracique a également été travaillée grâce à des exercices de type "pull-over". Cet exercice est intéressant à effectuer car il permet de redresser le haut du corps et de gagner en amplitude respiratoire, contrairement à la position sur le vélo où le cycliste a le dos voûté et les épaules rentrées vers l'intérieur.

Cyclisme : 3 à 4 séances de 1h à 3h30 par semaine

David à repris l'entraînement doucement avec des séances en endurance fondamentale de 1h30 à 3h aux alentours de 150-200 watts. Début décembre il a effectué un test de terrain avec son Powertap afin d'évaluer sa PMA.

Lire notre dossier : VO2Max et PMA

Le protocole consiste à monter une bosse (au profil régulier) sur 6 minutes. L'objectif est de gérer son effort afin d'obtenir une puissance moyenne maximale. Lors de ce test, David a développé une puissance moyenne de 310 watts, soit un rapport puissance/poids de 5,5 watts (pour 56 kg) ce qui est plutôt bien en cette période de l'année. Puis a été intégré un travail spécifique de force/vélocité visant à gagner en puissance musculaire.

Lire notre dossier : La puissance en cyclisme

Les séances de force sous-maximale intègrent des exercices de musculation spécifique. Ils sont effectués en montée (6 à 8 % de pente), à une cadence de pédalage de 30-35 tours/mn (gros plateau), sur 2 à 6 minutes, et avec une récup d'au moins 5 minutes. L'objectif est de monter assis en enroulant au maximum et sans tirer sur le guidon, les mains sont posées sur le cintre, le haut du corps ne bouge pas (d'où l'intérêt d'avoir une bonne "ceinture" abdos/lombaires).

Exemple de séance de force sous-max (type pyramidale)

Echauffement puis 2' force + 5' récup + 3' force + 5' récup + 4' force + 5' récup + 3' force + 5' récup + 2' force + 5' récup + 10' vélocité (100-120 tr/mn) puis retour au calme. Les séances de vélocité consistent à travailler la vitesse de pédalage. L'objectif est d'entraîner le coureur à rouler à une cadence de pédalage optimale (95-100 tr/mn sur le plat) pendant plusieurs heures dans un but d'économie musculaire.

Exemple de séance de vélocité

Echauffement puis 3 fois (1' à 90 tr/mn + 3' à 100 tr/mn + 1' à 90 tr/mn + 3' à 105 tr/mn + 1' à 90 tr/mn + 3' à 110 tr/mn), récup: 10' entre chaque série, puis retour au calme. Certaines séances de force et de vélocité ont été intégrées dans des séances d'entraînement en endurance fondamentale. Fin décembre David a commencé à s'entraîner en endurance critique (puissance d'environ 180-230 watts) sur des sorties de 3h à 3h30.

S'entraîner quand on manque de temps

S'entraîner quand on manque de tempsVous êtes nombreux à penser que pour progresser, vous devez accumuler les kilomètres. Mais comment s'entrainer lorsque l'on manque de temps ?

Avec un entraînement rigoureusement programmé et planifié, nous pensons qu'il est tout à fait possible de compenser le manque de temps.

Planifier sa saison de vélo

planifier votre prochaine saison de cyclismeAvez-vous déja pensez à planifier et préparer votre prochaine saison de cyclisme.

Dans cet article, nous allons voir comment appréhender la future saison de vélo en la planifiant correctement.

S'entrainer pour progresser !

S'entrainer pour progresser !Quel entrainement suivre pour progresser en vélo afin d'obtenir de meilleurs résultats sur les épreuves cyclosportives.

Un travail à vélo sur trois plans : production maximale d'énergie, puissance maximale aérobie, capacité maximale de travail.